Les professeurs

Hélène Nabokoff

Directrice
Professeur de français

« Ce n’est pas parce que l’on réussit que l’on est content, mais parce que l’on est content qu’on réussit. »


Cette citation pour moi, prend toute sa valeur dans les deux sens.                                    

En effet, après deux ans de formation combinés avec une vie de famille, mari et trois enfants, j’arrive enfin à l’élaboration finale de mon rêve : l’ouverture en 2015 d’une école maternelle bilingue anglais/français intitulée Stepping Stones .

J’ai créé des meubles peints pour enfants, des fresques animalières à divers étages d'hôpitaux pédiatriques afin d’égayer le séjour souvent trop long des enfants, des paysages en trompe l’œil tels des fenêtres ouvertes dans des crèches dans le but d’élargir les horizons entre quatre murs.

Le dénominateur commun étant mon statut de mère de famille et la certitude de devoir apporter un bon équilibre dès l’enfance à tout être humain.

Le fait d’avoir initié de jeunes anglophones à la langue française, m’a donné l’envie de créer ma propre école : « une école sur mesure » un vrai lieu transitoire d’accueil dans le bien-être qui guidera l’enfant dès son plus jeune âge vers l’enseignement primaire en toute quiétude.

Faire de trois années (3 à 6 ans) un temps où l’enfant fera étape par étape l’expérience de socialisation, d’éducation, d’apprentissage des langues, d’autonomie, d’une conduite personnelle et de l’estime de soi, indispensable à une arrivée à la grande école. Le tout dans un cadre lumineux, aéré, arboré, dans l’intimité d’une maison de famille aménagée.

L’enfant y étant entouré par une équipe pédagogique bilingue, jeune et de valeur qui lui inculquera le savoir, l’harmonie, l’équilibre nécessaires à un bon départ dans la vie.

Cet encadrement prendra sa source dans les besoins individuels de chaque enfant, ceci en collaboration directe avec les parents afin que de solides liens soient tissés entre le cadre familial, éducatif et pédagogique de chaque individu.

Mon but est de mener de nouvelles générations dont les bases morales et intellectuelles permettraient une grande stabilité, un souci de paix, de sérénité et de réflexion atténuant une course effrénée au pouvoir.

Cela peut paraître quelque peu ambitieux, mais les traumatismes d’une enfance, tout comme ses joies, sont l’effigie de l’être adulte. Mieux vaut donc construire un édifice, que de rafistoler une construction bancale !

« Qui veut la fin, veut les moyens », j’ai donc en vertu de ce proverbe, mis tous les moyens nécessaires à l’aboutissement de mon rêve pour une enfance la plus juste possible.

J’entends bien mener, à terme cette décision avec toute la volonté présente et à venir.